J'ai mis un nom sur la grande maladie du 21ème siècle : le networking érigé comme une fin en soi, comme l'horizon de toute rencontre. Certes, avant, on parlait de relations, d'entourages. C'était toujours mieux que ce mot qui invite explicitement à se lier avec n'importe qui, n'importe comment, dans une inextinguible avidité sociale. Dans l'optique du réseautage, une personne ne vaut que la somme de ses propres relations, parce que l'idée même de "réseau" débarrasse l'intéraction sociale de tout affect, n'invite pas à considérer la personne comme intéressante pour ses qualités intrinsèques mais bien pour les personnes qu'elle pourrait à son tour connaître et vous présenter. Mais foin de mon avis. J'ai écouté une personne plus crédible et plus expérimentée parler de tout ça (ou plus  précisément des relations inter-scénaristes), et elle a tout dit mieux, plus élégamment et avec plus de poids. Hop : 

The idea is not to be friends with writers who are going to network for you, or who are cool, or who are writing, or who are employed. That’s not really the critical thing. The critical thing is to have friends who do what you do and are engaged in the same kind of work that you are. My ongoing workplace, my Cheers, my group of people that I check in with are my other writer friends that I talk to on the phone periodically, or have lunch with.

And so we can check in on what we’re doing and say, “Hey, I was working on that. What do you think of this? Is this a good idea? What do you think of this person?” That network is invaluable. And you will grow with these people. So, it’s less important to seek out people who you think are going to connect you with a job and more important to seek out people whose process you find productive. And Gatins refers to it as lab partners, you know, finding a lab partner who does their homework and has a neat notebook is important.

Aline Brosh McKenna

Amen. Voilà. Le but n'est pas de jouer à saute-moutons sur le dos de la première personne qu'on rencontre. Juste de se demander comment on peut s'aider mutuellement à supporter cette drôle d'occupation qu'on a choisie. Ca brille moins à première vue, mais je pense vraiment que ça vaut beaucoup plus le coup.

Tag(s) : #Blog
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :