Si j'avais du naître aux Etats-Unis, j'aurais aimé avoir 5 ans en 1939. Rien que pouvoir écouter Orson Welles interpréter "The Shadow" dans le feuilleton radio. J'aurais été assis en tailleur sur la moquette du salon, après le dîner. Face au gros poste galène, j'aurais eu la gorge serrée quand the Shadow aurait été en danger. Et les images  du cliffangher seraient sûrement restées gravées en moi  durant des années. C'est étrange, car j'en ai assez peu écouté mais les fictions radios me fascinent depuis longtemps. Ca me plait qu'elles aient contribué à la propagation de nombreux mythes modernes (saviez-vous que Superman ne volait pas à l'origine et que ce changement provient du feuilleton radio ?) avant de devenir un format de niche. Plus largement, c'est un format particulier qui mêle le rythme imposé du cinéma au pouvoir d'évocation de la littérature. 

Les fictions radios sont plus confidentielles mais existent encore, grâce à Radio France. Désormais, l'écoute d'une fiction n'est plus familiale mais devient une expérience solitaire, quasi-intime et, si l'auteur a bien fait son travail, unique. J'ai pu en écrire une récemment. Si vous écoutez, j'espère que vous y trouverez de quoi faire un joli travail de re-création. Que vous soyez assis en tailleur dans votre salon ou pas. Vous ferez comme vous voudrez.

Tag(s) : #Blog