Coup de cœur pour Tony Zoreil de Valentin Potier que j’ai vu là-bas. Pas vraiment d’histoire dans le film (on pourrait le résumer  à son titre), juste le portrait d’un mec irrémédiablement seul et qui a arrêté d’être triste il y a longtemps.
Car Tony a des oreilles énormes qui font fuir toutes les filles. Alors, entre son ouïe surdéveloppée qui l’empêche de dormir, son boss qui le vire pour somnolence et son père qui veut le caser avec une fille issue, elle aussi, de la confrérie des grandes oreilles, on comprend qu’il soit préoccupé. Je sais, ça peut paraître un peu décousu, mais le postulat de base légèrement poétique est tellement bien amené et les trouvailles visuelles et sonores si bien trouvées (ah, les coiffures des personnages…) qu’on reste accroché tout le long. En plus, le couple formé par Nicolas Clerc & Audrey Marnay (vue dans le Paris de Klaspish, et à qui les macarons de Princesses Leïa vont vraiment bien) est très bien assorti. Sans parler de la phrase "ma vie est seulement faite de basses, d’aigus et de solitude" qui a du conquérir tous les êtres fragiles qui se trouvaient dans la salle.
Tag(s) : #Brèves cinéma
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :