Hier après-midi, j’ai fait 2 bons achats dans une boutique d’occasion. Le premier est la mixtape G-Unit Radio 13 : Return Of The Ghetto Millonnaire dont la pochette m’a fait rêver. Le second est le récit de Jérôme Tonnerre, baptisé Le Petit Voisin, que j’ai lu dans l'après-midi.

A 15 ans, Jérôme Tonnerre a sonné chez François Truffaut. Au culot, sans autre objectif que de le rencontrer. Loin de l’envoyer balader, Truffaut l’a reçu dans son bureau, puis l’a invité à lui écrire. S’est alors nouée une relation étrange, entre sentiment filial et mise à distance permanente. Une relation pleine de pudeur de part et d’autre (Truffaut cloisonnait énormément sa vie et Tonnerre était très timide malgré son culot apparent), mais qui a duré 10 ans, jusqu’à la mort du réalisateur. Le livre raconte donc cette relation pleine de malentendus, de rapprochements impromptus et d’attentions épistolaires. A leur première rencontre, Truffaut avait lâché cette phrase : "On manque de scénaristes dans le cinéma. Soyez scénariste" (étonnant quand on connaît les différents propos de Truffaut sur cette admirable profession) et Tonnerre a mis plusieurs années avant de suivre ce conseil. Peu avant la mort de Truffaut, l’idée d’une collaboration entre eux flottait dans l’air … Plein d’affection rentrée, Tonnerre fuit tous les débordements d’émotion mais réussit à fondre une foule de thèmes (son éducation artistique, une vie familiale chaotique, ses deuils, sa seconde naissance aussi civique que symbolique) dans ce petit livre très dense. Ca me donne envie de revoir les films qu’il a écrits (pour Leconte, Sautet etc…) pour voir si on retrouve la même sensibilité. Et si ce n’est pas le cas, eh bien, je n’aurai rien contre l’idée de lire un autre de ses livres.

Autre temps, autre mœurs Return Of The Ghetto Millonnaire (flashback sur le G-Unit cru 2005) comporte sûrement des morceaux intéressant, mais j’en suis encore à 300 shots, avec toute l’infanterie de l’époque (Mobb Deep, MOP, Young Buck y compris) qui débarque pour piller villages, villes et campagnes. Mes hommages à Prodigy pour cette déclaration d’intention : "On traite nos mixtapes comme des albums et nos albums comme une élection présidentielle". Je vous préviendrai quand j'aurai écouté la suite.
 

PS : Comme vous l'aurez compris, je n'ai pas trouvé d'image convenable pour Le Petit Voisin, alors j'ai choisi l'image d'un autre bouquin que je lis en ce moment, mais dont le sujet n'est pas non plus trop éloigné. 

Tag(s) : #Brèves cinéma
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :