Ai vu La Cage Au Blonde 2 à Chaillot. Voici le principe : se voyant légalement interdire de jouer Les Bonnes de Jean Genet, deux comédiennes se réapproprient la pièce et en font une sorte de réflexion hallucinée sur le statut d’actrice. Scènes de meurtre à répétition, dialogues non-sensiques, détournement de clichés romantiques, utilisation du jambon en lieu et place de feuille de papier, chansons aux paroles qui ne riment pas, l’ensemble verse dans le délire organisé, porté par l’abattage des deux comédiennes (Marie Payen & Aurélia Petit).

 

Mais le plus surprenant  est quand même cette phrase de la pièce qui m’a frappée : "Si seulement ma bite mesurait 258 kilomètres", résonnant en plein Chaillot. Terrible écho de la fameuse déclaration "1 mètre 74, plus ma bite, ça fait 4 mètres" qui avait rendu culte le rappeur Sefyu (morceau : C’est Vénère pour ceux qui veulent la preuve audio), qui voit pour le coup son record complètement explosé. Quand on parle de surenchère dans le rap, elle vient parfois de là où on ne l'attend pas... Alors : transmission ? Pur hasard ? Divagation pathétique de ma part ? Des fois, je me sens comme Carlito, dans L'impasse, le rap m’observe, il m’a à l’œil. Sans arrêt...

Tag(s) : #Vrac