Dwanye-Mcduffie.jpg

 

Il n’y a pas que les grands génies qui meurent. Il y a aussi les artisans de l’écriture qui prennent rarement la lumière mais qui contribuent, à leur échelle, à faire évoluer les manières de faire et les mentalités. Dwayne McDuffie étaient de ceux-là. Plus jeune, il se destinait à une carrière de physicien mais son amour de Woody Allen et de la grande série Batman de 1966 en ont décidé autrement. Il est devenu scénariste.

Entré chez Marvel dans les années 80, il se fait remarquer avec la série Damage Control : l’histoire des employés chargés de nettoyer les gravats après les bagarres de super-héros. Exploitant de manière assez novatrice la notion de "réalisme" dans l’univers Marvel, la série est devenue culte et a failli faire l’objet d’un long métrage, jusqu’à ce que le 11 septembre passe par là : à cette époque, un film humoristique sur des immeubles qui s’écroulent avait moins de chances d’aboutir. Dans les années 90, avec les royalties de la série Deathlock, McDuffie a eu une idée. Plutôt que d’acheter une maison, il a décidé de lancer une nouvelle ligne de comics. Milestone Comics était une réponse aux super-héros traditionnels, trop WASP pour être universels. La ligne se voulait multiculturelle et non afrocentriste, mais étiquetée comme telle et enfermé dans ce ghetto, elle n’a pas survécu longtemps. Mais Milestone n’avait pas existé en vain. Dès 1998, Static Shock, un de ses principaux héros, fut choisi par Warner pour être adapté en série animée. Et à défaut de changer vraiment les choses dans les comics, Mc Duffie a réussi son coup dans l’animation : sa série sur un ado Noir de 15 ans doté de super-pouvoirs est devenue une des meilleures audiences de Cartoon Network.

Mc Duffie s’est alors tourné vers l’animation : JLA, Scooby-Doo, Superman…. Il fut aussi payer pour écrire un dessin animé au pitch imparable : Marylin Manson contre le Wu-Tang Clan. Le film ne fut jamais réalisé mais je suis prêt à payer pour en lire le script. En 2006, Mc Duffie décidait de profiter de l’argent que lui amenait l’animation pour éditer une bande dessinée qui lui tenait à cœur : Road To Hell. D’après Internet, il n’a finalement pas concrétisé cette envie. Son dernier projet achevé est donc cette adaptation de All Star Superman dans lequel le héros apprend à gérer l’approche d’une mort certaine. Mort à 48 ans, Mc Duffie avait continuellement travaillé. Sur chaque projet, il semblait parvenir à concilier passion et commande. Il faisait surtout partie de ces artistes qui, sans éclat, veillent toujours à tirer leur travail vers le haut et qui réussissent, au jour le jour, à faire bouger les lignes.

Tag(s) : #Blog