aurenchevian-008.jpg

Petite curiosité : dans son ouvrage Manuel de St-Germain des Prés, Boris Vian fait le portrait des personnalités qui traînaient dans le quartier au tournant des années 50. Aurenche y est évoqué dans une courte notice aussi drôle que pertinente. Qu’elle soit aussi juste est d’autant plus frappant que Vian & Aurenche, s’ils s’étaient croisés, ne se connaissaient pas réellement. Leur seule "collaboration" (et là, le mot est utilisé de la manière la plus élastique qui soit) est postérieure à la rédaction du Manuel : elle a eu lieu dans Notre Dame de Paris, co-écrit par Jean Aurenche et dans lequel Vian apparaît brièvement.

 Cette notice aurait pu apparaître dans  Jean Aurenche, écrivain de cinéma. Avec Alexandre, nous avions demandé au journaliste Alain Riou de la lire et de la commenter. Riou en est naturellement venu à parler de l’œuvre de Vian et c’est cette longue et passionnante digression qui nous a donné envie de le resolliciter pour notre deuxième documentaire. Comme quoi, tout est toujours utile, d’une manière ou d’une autre. Voici donc Aurenche décrit par Vian.

 "Saint-Germain-des-Prés, c’est aussi le quartier d’Aurenche (Oh, là, là, je vais me les mutiler, mes méninges). Aurenche, le coéquipier de Pierre Bost est un scénariste de grand talent et d’un talent extrêmement varié (Le Mariage de Chiffron, Lettres d’Amour, Douce, la Symphonie Pastorale, Le Diable au Corps, Occupe-toi d’Amélie).

Signes particuliers : surveille trop un physique que plus d’un de ses interprètes pourrait lui envier, et qui ne donne aucun signe de délabrement prochain ; se hâte de perdre tout ce qu’il possède, fût-ce une brosse à dents ; s’éloigne de Paris quand il travaille, car comme tous les gens très actifs, il aime bien faire autre chose. Sortir à Saint-Germain-des-Prés par exemple."

Et si vous vous posez la question, désolé de vous décevoir : à notre grande tristesse, l’inverse n’existe pas.

Tag(s) : #Actualités projets