_MG_2467-PRESSE.jpg
La dernière édition des César était un petit évènement en soi. Derrière les 148 nominations de Un Prophète, il y avait aussi celle, plus dicrète, mais ô combien symbolique de Joeystarr pour le César du Meilleur Second Rôle pour Le Bal des Actrices. Ca m'a fait plaisir, pour le rap français bien sûr (même si je doute que celui-ci ait été au courant) mais aussi pour Joeystarr, qui a trouvé une sorte d'honorable reconversion en figurant de luxe. Plutôt que de sortir des albums (ces choses-là ne servent à rien), il s'assure une visibilité avec une série de cameos dans des rôles qui ont besoin d'un visage connu pour qu'on se souvienne d'eux : Mafiosa, La Personne Aux Deux Personnes, Passe Passe ... C'est là où c'est utile d'avoir du charisme. Dernière apparition en date, dans L'Immortel, de Richard Berry et avec Jean Réno (sortie le 24 mars). Joeystarr y joue "Le Pistachier", un malfrat vaguement associé à Kad Merad (!) qui envoie balader la flic Marine Foïs lors de l'interrogatoire. Là encore, 49 secondes cumulées de présence à l'écran mais son nom au générique et une scène qu'on retient un peu plus que si ça avait été n'importe qui d'autre. Alors, j'attends son prochain rôle avec curiosité,  histoire pour lui de transformer l'essai, si possible avec un peu plus de texte à dire.
Tag(s) : #Brèves cinéma