C'est quand même beau cette unicité du mot "writer" chez les anglo-saxons. Ca donne l'impression d'une grande confrérie qui relierait tous les gens qui écrivent, qu'ils pondent des biographies d'artistes à la commande, ou fignolent des grandes fresques russes hommages à Guerre & Paix, tous seuls dans leur chambre. Alors juste ce lien, parce que je me dis que cet article d'Asimov (traduit par Martin Winckler) est très vrai, et que réussir, quand on est auteur, c'est peut-être juste avoir des bonnes occasions de se plaindre.
Bon week-end à vous.

Le calvaire des écrivains

Tag(s) : #Vrac