J’ai lu dans le Nouvel Observateur version papier (vous savez, ce truc qui vient des arbres), un article sur le prochain scrutin présidentiel aux Etats-Unis. Mis à mal par le redécoupage des états républicains (qui restructurent très discrètement leurs collèges électoraux à la hache), Obama pourrait bien ne pas être réélu.

La postérité s’en souviendra peut-être : Obama semble être le premier président américain à avoir acté la perte de puissance de sa fonction, aussi bien à l'intérieur, à l'international que sur le plan constitutionnel. L’aveu de faiblesse ne fait jamais très noble dans les livres d’histoire, mais de la part d’un homme qui avait transformé le volontarisme en idéologie ("Yes we can" etc…), ça devient franchement amusant. Alors, que restera-t-il de son mandat ? Eh bien, rien que pour me faire remarquer, je dirais : sa réforme du système de santé et ... la chanson My President Is Black de Young Jeezy et Nas. Je l’ai réécoutée récemment, pour voir si l’émotion contenue dans ce titre passait le test du temps et des échecs. La réponse est positive. Mieux, My President a changé de teneur au fil des ans. En 2008, c’était un hymne bêtement matérialiste, réduisant Obama à une couleur clamée dans le refrain. Trois ans après, c’est un merveilleux concentré des espoirs et lacunes de sa présidence. Mon président est Noir, oui. Et c’est tout. Comme si la pauvreté politique du morceau rendait la célébration encore plus pure et pertinente. Jeezy ne loue pas un programme politique mais un symbole et il semble bien, que quelques espoirs et chèques en blanc plus tard (le Prix Nobel de la Paix battant des records à ce jeu-là), c’est tout ce que l’Histoire voudra retenir. Ca pourrait rendre amer et encore plus désabusé que d’habitude, n’est-ce pas ? Jeezy avait-il vu juste avant tout le monde ? Même en tirant sur la corde, je n’irais pas jusque-là. En revanche, c’est là où le morceau est beau : chaque fois que je le réécoute, j’ai l’impression d’être en 2008, et qu’on est le 5 novembre au matin.

Tag(s) : #Un peu de rap