"J’écris à l’oreille. L’écriture c’est de la musique. Le speech musical est très important, c’est ce qu’on a en commun, Darren et moi, parce qu’on est de Brooklyn. Les variations d’intonation, le son, le langage basique qui influe sur la façon de s’exprimer là-bas, je pense qu’on retrouve ça à la fois dans le film et dans le livre. C’est ce que j’ai toujours voulu faire, c’est d’insuffler du mouvement à la lecture, de voir ce qu’on entend, ce qu’on ressent. Lire ces émotions et les ressentir. Même si le lecteur n’est pas mis en garde, si je commence une ligne d’une telle manière et une autre différemment, il ressentira cette prose musicale. C’est une structure basique avec des variations sur un thème"

Hubert Selby Junior, Technikart 156 à propos de Requiem For A Dream

Tag(s) : #Brèves cinéma