olivier-monroe.jpg

Le vrai sujet du film est escamoté : Laurence Olivier et Marylin Monroe n'appartenaient pas au même monde et leur rencontre ne pouvait que provoquer une pile immense de malentendus. Voilà la base idéale pour un film, une pièce de théâtre, peu importe, mais un concentré d'action dramatique : la confrontation entre deux monuments qui s'épient, se craignent et se provoquent, à défaut de se comprendre. A la place, les auteurs cantonnent Olivier à la tapisserie et préfèrent nous fourguer à la louche des plans de coupe sur une fin de race ébahie, un benêt insupportable qui prend un bain avec Marylin en gardant son slip. Pire, le film prétend rendre hommage à la grâce purement cinématographique de son héroïne et, régulièrement, le réalisateur reproduit les rushes du Prince and the Showgirl, censés nous convaincre du charisme inné de Marylin. Mais tout ce qu'on voit, c'est une actrice méritante et sympathique (Michelle Williams), qui tente de son mieux d'imiter son modèle, reproduit ses moues boudeuses et  singe ses sourires mais qui convainc rarement et n'éblouit jamais. Académique, laborieux, My Week with Marylin voudrait rendre nostalgique mais possède juste l'élégance d'un plat à la piscine municipale.

Ecrit par Adrian Hodges

Tag(s) : #Brèves cinéma, #Blog