boating_bis.jpg

Malgré des problèmes de rythme, un titre français assez niais et un postulat qui sent la mauvaise comédie romantique, j’ai envie de dire du bien de ce film. Déjà parce qu’en dépit des apparences c’est tout sauf un feel good movie à l’esthétique vaguement indépendante. Parce que Amy Ryan est touchante avec ses cernes. Et parce que l’analyse des rapports humains est au final assez fine. Méfiez-vous des gens qui vous disent tout le temps comment gérer votre vie : ils sont sûrement eux aussi en bout de course. Le film, parti pour être une comédie romantique, s’enfonce dans un malaise prégnant à l’écran. Alors oui, c’est bavard, c’est vrai. Peut-être la faute à Bob Glaudini qui a adapté lui-même sa  pièce. Mais en ayant la politesse de ne durer que 1h31, le film ne laisse pas de temps pour les regrets. Et il charme par l’élégance de son propos. A la question "A-t-on le droit au bonheur ?", Rendez-vous l’été prochain répond simplement "Certainement, mais pas tous en même temps".

Tag(s) : #Brèves cinéma
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :