salif-copie-1.jpg

"En réalité, on fait du rap mais les gens ne savent pas ce qu’on pense" disait Salif en 2002. Amusant et tellement vrai de la part d’un rappeur qui a beaucoup brouillé les pistes. Salif l’avait dit dans son premier album : ce que les fans de rap veulent, c’est de la technique, de l’aisance, de l’introspection et de l’autodestruction ou quelque chose du genre. Et il a tout ça pour lui depuis le début. Pourtant, depuis des années, il empilait les projets de manière mécanique : ses acquis parlaient à sa place dans des morceaux interchangeables sur la comptabilité d’un dealer de banlieue. Il y avait toujours des bons moments car, après tout, Salif est doué, mais, comme beaucoup, j’attendais le moment de lucidité. Qui m'aime me suive est un signe. Comme si Salif s’était lassé de faire des morceaux sur la baisse du prix du shit et avait préféré se poser d’autres questions : pourquoi rapper ? Quel est son public ? Que faire avec les tendances : les adopter, s’en moquer ouvertement ou les deux ? Ce projet est son disque le plus intéressant depuis des années. Ca gouaille, ça gimmicke à tour de bras, ça cabotine. Même les musiques ont perdu leur côté purement fonctionnel (à quand un album de Salif produit par Canardo ?). 

Salif réussit un gros pari : il fait du rap adulte qui ne cherche pas à être à tout prix respectable. Toujours sur la retenue (comme si on pouvait l’y reprendre à se confier autant que dans Chacun pour soi !), il essaie plein de styles, rate quelques morceaux (J’Aime Pas Les Clubs), en réussit d’autres (Jean Slim, L’Homme Libre, On Allume, Qui M’Aime Me Suive) et trace son chemin. Attention, ne prenez pas L’Homme Libre au pied de la lettre : la vraie liberté ne dit pas son nom et souvent, l’homme clame qu’il est libre pour se convaincre qu’il l’est vraiment. Mais pour une fois, tout est possible concernant la suite de sa carrière : ce disque est peut-être une parenthèse avant un retour avec Boulogne Boy 3, le retour. Ou alors peut-être que Salif prenait simplement son élan. Si c’est le cas, on le suivra.

Tag(s) : #Un peu de rap