- Ca commence par des bonnes nouvelles. J'ai béni l'auteur de cette question sur le site de John August : à quoi sont censées servir les fiches bristol dont on nous rabat les oreilles dans tous les bouquins de scénarios et qui sont censées grandement faciliter la vie d'un scénariste ? Pour être honnête, j'ai jamais compris en quoi les "beats" (terme que je traduis pareresseusement par "temps forts") d'une intrigue étaient interchangeables et à quoi ça servait de les aligner sur le tapis de son salon comme Syd Field et ses amis nous recommandent de le faire. J'ai bien aimé la réponse de John August très longue et argumentée qui finit par dire que, si si, les "beats sheets" sont très utiles ... mais surtout une fois que le scénario est déjà écrit.

 

- J'ai eu des nouvelles de mon rappeur français préféré par le biais de ce clip (je parle bien sûr de Mams Manolo). Pas de grand moment de sa part mais "any news is good news" comme disent les gens qui bourrent leurs phrases d'anglicismes. Ca m'a même donné envie d'écouter Streetlourd II et de rattraper mon long retard en rap francophone (Sexion d'Assaut, Taïpan, Salif etc...). L'espace de 4 minutes, j'avais 16 ans à nouveau. Sauf que je n'avais pas à rester debout jusqu'à 4 heures du matin pour entendre un nouveau morceau (fou que Internet serve parfois à se coucher plus tôt).

 

- Les bons films continuent à trouver, en dépit de l'été, leur place au cinéma : L'Autre Monde, malgré ce qu'en disent les Cahiers du cinéma (pourquoi tant de haine ?), Puzzle, Tournée, Petits Meurtres à l'anglaise et dans un registre de série B dont on sait déjà comment elle finit, Law Abiding Citizen dont la première moitié est plutôt enthousiasmante (je l'ai vu à moitié sous-titré en flamand mais ça n'a en rien gâché à mon plaisir). Résumé pour les fans de comics : et si Bruce Wayne  devenait méchant et se retrouvait en prison ? Voilà comment résumer le début du film (rien à voir mais je ne crois pas vous avoir déjà dit que je haïssais profondément The Dark Knight - voilà qui est fait) 

 

- Sinon, ce soir, je regarde Autofocus sur la vie sexuelle débridée du héros de Papa Schultz. Gages de qualité : Paul Shrader réalise mais surtout Alexander & Karaszewski, mes idoles, produisent. Mais personne n'a de nouvelles de leur projet sur la vie de Marx Brothers ? Enfin, tout ça pour dire que jusqu'ici, l'été va bien.

 

 

Tag(s) : #Blog