Un film doux et calme même dans ses moments de terreur. A certains passages, on croirait regarder un cauchemar d’enfant. On espère que le jeune Daniel, le petit prodige qui fait des chouettes petits films en super 8, va se réveiller et repartir du bon pied. Le documentaire en parle juste un peu mais cela aurait été drôle de creuser ce parallèle de Kurt Cobain. Même si Johnston est lui, bien vivant, je me dis qu'en fait, aucun d’eux n’était fait pour la gloire.

Tag(s) : #Brèves cinéma