En enfer, il y a un centre Edouard Leclerc et comme dit Taïpan, les conducteurs tapent des excès de vitesse pour aller nulle part. Les voitures tournent en rond, le temps passe à l'envers, l chaleur empêche de réfléchir et une virginité toute neuve se refait avec une teinture jaune pisseux. On s'y trahit par ennui, connerie ou instinct animal, et sans encombre, car les remords captent mal au milieu de nulle part. En enfer, les cerbères ont tout prévu, même des éphèbes et des naïades qui jouissent jusqu'à plus soif des plaisirs qui vous sont refusés. N'ayez pas peur d'eux : s'ils vous regardent bizarrement, c'est peut-être simplement eux qui sont effrayés.

Scénario de Thierry de Peretti et Benjamin Baroche

 

Tag(s) : #Brèves cinéma, #Blog