Les histoires des groupes (qu'ils soient disques de platine ou pas) sont souvent de grandes aventures humaines. Il y a les leaders, les chanceux, les laissés pour compte. A ce sujet, le film The Commitments d'Allan Parker (d'après Roddy Doyle) a sûrement tout dit sur le sujet, sans même avoir à évoquer la question du succès. Mais, à ma petite échelle, j'ai quand même voulu contribuer à ce vaste sujet avec l'interview de L-I-O Petrodollars de Sexion d'AssautMembre fondateur, il n'était pas dans les parages au moment où le groupe a décollé. Il se rattrape depuis, en rappant (occasionnellement) avec son groupe d'origine, à la fois dans le groupe et un peu à côté. J'ai donc passé deux heures à évoquer le sujet avec ce rappeur très sympathique, et avec qui je partage le même amour pour le plus beau quartier du monde : Place Clichy. Et puisque j'ai tendance à noircir le tableau quand je parle de la qualité articles sur le rap en France, je dois le reconnaître : Le Monde a réalisé un très bon portrait de Sexion d'Assaut, écrit par Véronique Mortaigne. A lire en complément

 

Tag(s) : #Un peu de rap