j-aime-regarder-les-filles-de-frederic-louf-10483611ibizx.jpg

 

Des coups de pied au cul dignes du burlesque Duck Soup des Marx Brothers ; des courses poursuites désespérées dans tout Paris ; une lutte des classe finissante mais tenace ; des soirée "fromages et grands crus" … Et Alfred de Musset qui passe par là. Malgré une histoire qui s’effiloche sur la fin, J’aime regarder les filles, met de bonne humeur. A l’image de son héros, interprété par Pierre Niney, le film passe par une large gamme d’émotions, sans distance ni cynisme. Chaque fois que Primo, rit, court, ment, ou fait souffrir une jolie brunette gentiment allumée, on a l’impression que c’est la première fois. Porté par un joli élan romantique, le film nous donne envie de croire qu’il y avait bel et bien une époque où la vie était plus simple.

Scénario écrit avec la collaboration de Régis Jaulin

Tag(s) : #Brèves cinéma